Antisémantisme: Le Sionistan interdit les Mariages mixtes.

ENQUÊTE – Dans l’État hébreu, il n’y a pas d’union civile, les seuls mariages permis sont religieux : les couples mixtes, sans religion et les juifs non reconnus par les autorités religieuses doivent partir se marier à l’étranger. Une législation qui date de l’Empire ottoman dans une démocratie ultramoderne.

À Tel-Aviv

En ce soir d’octobre, l’illusion est parfaite. Yaël, la fiancée, cheveux noirs lustrés, peau mate, marche vers son promis. Ému comme tous les garçons qui agissent comme des hommes, celui-ci lui recouvre le visage d’un voile translucide. Tous deux s’avancent vers le dais nuptial, la houppa. Les prières sont en hébreu – comprennent ceux qui le parlent -, puis tous s’extasient comme le veut l’usage: c’est fait, ils sont mariés, le vin – censé révéler le véritable tempérament de ceux qui le boivent – a été bu.

Pourtant, tout cela n’était qu’un simulacre. Ce n’étaient pas de vraies prières, ce n’était pas un vrai mariage. Mariés, Valery et Yaël l’étaient déjà depuis des mois. Ils ont dû s’unir loin d’ici, à Chypre, surnommée «l’île de l’amour» car la déesse Aphrodite serait née sur ses plages. Mariés, ils ne le sont que civilement. Leur pseudo-cérémonie, célébrée dans un hôtel de Tel-Aviv, ne sera jamais reconnue par le tribunal rabbinique, l’instance qui régit la vie juive …