Antisémantisme: Isabelle Smadja(de type métèque Séfarade) condamnée à 3 ans de prison vs Isabelle Smadja(de type métèque séfarade) nommée Maire de Levallois Perret par Interim.

Featured Video Play Icon

Un siège rouge, le plus imposant des lieux, trône au centre d’une salle bondée. Près de 350 personnes assistent au premier conseil municipal de Levallois organisé sans Patrick Balkany, lundi soir. Sa femme, Isabelle Balkany, assure l’intérim. Soit un peu moins d’une heure et trente minutes de spectacle. Elle expédie les délibérations avec aisance et une habitude évidente des joutes oratoires. L’opposition réplique sur le même tempo, dès qu’une occasion est offerte. «Là, il y a plus de monde que d’habitude mais c’est beaucoup plus calme. Avec le boss c’est encore mieux!» confie, avec enthousiasme, une habituée des conseils, installée sur les balcons pleins à craquer.

Patrick Balkany a été placé en détention le 13 septembre. Condamné à quatre années de prison avec mandat de dépôt, il a également écopé d’une peine de dix années d’inéligibilité. En l’absence de son mari, qui n’est pas déchu de ses droits de citoyen tant qu’une condamnation définitive n’est pas prononcée (il a fait appel), Isabelle Balkany préside ce conseil un peu particulier, sans paraître abattue par le poids de la situation. «J’ai senti vos vibrations. Et comme j’avais un trac épouvantable, ça m’a bien aidée» confiera-t-elle tout de même à la fin de la réunion.

Condamnée également à trois ans de prison et à dix années d’inéligibilité, la femme de Patrick Balkany n’a pas été visée par un mandat de dépôt. Son état de santé avait été jugé incompatible avec la détention. Après ces premières peines liées au volet «fraude fiscale», les époux Balkany devraient se retrouver une nouvelle fois au tribunal le 18 octobre, pour un second jugement portant sur des soupçons de «blanchiment de fraude fiscale et corruption».

Prises de becs régulières

Avant le début du conseil municipal, certains membres de l’opposition expliquent qu’ils n’ont pas l’intention d’en rajouter. «Il n’y a rien à contester dans la nomination de la maire par intérim puisque c’est la loi. Sauf à vouloir lui faire de la publicité…» souffle un élu. Il dit se sentir plus préoccupé par les explications de la mairie concernant l’incendie du mois d’août que par les affaires visant les Balkany. Dans la nuit du 17 au 18 août dernier, le marché Henri-Barbusse de Levallois a été ravagé par les flammes. La catastrophe a exigé l’intervention de 160 pompiers. Lundi soir, Isabelle Balkany fait applaudir les secours et salue la solidarité des Levalloisiens, devant un public de supporters. La remplaçante de Patrick Balkany n’hésite pas à se projeter dans un mandat futur lorsqu’elle évoque la manière dont la ville relogera des habitants sur un terrain en voie d’acquisition.

Quels que soient les sujets, les prises de becs sont régulières avec l’opposition. Comme si un jeu s’était installé depuis très longtemps dans la démocratie locale de Levallois, pour le plus grand bonheur des nombreux fans du couple Balkany. Un bref débat s’amorce sur la cession de parkings à la ville, détenus par une société d’économie mixte. Cette cession est jugée «un peu surprenante» par certains élus d’opposition courageux qui, parfois, tentent de se faire entendre sous les huées.

«On n’envoie pas des sportifs dopés aux JO»

«C’est certain, elle va se représenter. Et elle va gagner ! Parce que Levallois, au fond, c’est sa vie»

Une admiratrice des Balkany

En coulisses, les discussions portent davantage sur les prochaines élections municipales. Isabelle Balkany osera-t-elle se porter candidate en mars prochain? Juridiquement, rien ne l’empêcherait. Même Patrick Balkany pourrait être candidat depuis sa cellule et faire campagne à distance. Mais ces hypothèses semblent improbables aux yeux de certains locaux. «Les Balkany ne pourront plus être candidats, soit par obligation, soit moralement, parce que cela est impossible avec une peine de dix ans d’inéligibilité. On n’envoie pas des sportifs dopés aux Jeux Olympiques!» juge un opposant, avant de rappeler le deuxième procès prévu en octobre durant lequel les juges, selon lui, «ne pourront pas se déjuger» et devraient alourdir encore davantage les peines. «Demandez à certains membres de la majorité municipale ce qu’ils feraient si les Balkany étaient condamnés pour corruption? Un paquet se désolidarisera» assure l’élu d’opposition.

» LIRE AUSSI – «A-t-on fait “payer ” Patrick Balkany?»

Dans le public, une admiratrice des Balkany ne pense pas du tout la même chose. Elle croit au contraire que l’histoire n’est pas terminée. «Ils en ont vu d’autres. Finalement, tout ce qui est arrivé procure de l’énergie à Isabelle. Elle est capable d’y aller même si son mandat devait être interrompu. C’est certain, elle va se représenter. Et elle va gagner! Parce que Levallois, au fond, c’est sa vie».

Le Figaro