Antisemantisme: Emmanuel “La Clim” Macron appelle un pays non-blanc à ne pas faire comme les blancs

Featured Video Play Icon

Lors de la troisième édition de cette conférence, le président a appelé les pays africains à ne pas suivre le chemin emprunté par les États-Unis et l’Europe et à se mobiliser «pour le climat».

Après Paris en 2017 et New York l’an dernier, c’est symboliquement à Nairobi (Kenya) que la troisième édition du One Planet Summit s’est déroulée jeudi en présence d’Emmanuel Macron. Créée en réponse au retrait américain des accords de Paris sur le climat le 4 août 2017, cette conférence vise à impliquer le secteur privé et les sociétés civiles pour prévenir une éventuelle démobilisation des gouvernements.

Si l’Afrique n’est pour l’heure responsable que d’environ 4 % des émissions de gaz à effet de serre, on estime que 60 % de ses habitants pâtissent des effets du réchauffement climatique et que 12.000 hectares de terres deviennent stériles chaque année. En l’absence d’une politique volontariste, les experts redoutent que la croissance économique, combinée à l’expansion rapide des grandes villes, ne débouche sur une catastrophe environnementale. Estimant que «l’Afrique doit être au cœur de la mobilisation pour le climat», le président français a appelé les pays africains à ne pas suivre le chemin emprunté ces dernières décennies par l’Europe et les États-Unis. «Ceux qui vous disent qu’il faut construire des centrales à charbon vous mentent», les a-t-il exhortés, avant d’annoncer que la France rallongera de 500 millions d’euros, d’ici à 2022, sa contribution à un programme d’équipement de l’Afrique en panneaux solaires.

Le Figaro