Antisemantisme: Delphine Horvilleur dresse le constat de la « solitude » des Israélites face à la Judéophobie(Rappel: Les Propos De Mosche Zemmour à la Synagogue de la Victoire”C’est Pétain qui à sauvé les Israélites Français”(sic))

Featured Video Play Icon

Le vendredi 9 janvier 2015, le jour de la prise d’otage à l’Hyper Cacher, la rabbin Delphine Horvilleur était à la synagogue pour célébrer l’office de shabbat. « Nous avons commencé au moment où l’assaut était donné et, avec angoisse, nous nous sommes demandé à quoi le monde ressemblerait demain, se souvient-elle aujourd’hui d’une voix blanche. C’est un traumatisme qui se réverbère jusqu’à aujourd’hui. » Cinq ans plus tard, cette figure du judaïsme libéral, auteure de plusieurs livres dont le dernier, Réflexions sur la question antisémite (Grasset, 2019), dresse le constat désolé de la « solitude » des juifs face à la montée de l’antisémitisme.

Cinq ans après, comment résonne pour les juifs la tuerie de l’Hyper Cacher ?

Après l’assassinat d’Ilan Halimi, le massacre de l’école Ozar Hatorah à Toulouse en 2012, l’Hyper Cacher. La vie a continué, mais c’est comme si certains événements, parfois certains mots, réactivaient une angoisse profonde, presque sous la forme d’un choc post-traumatique. On y trouve sans doute l’expression d’une solitude ressentie des dernières années. Certes, il y a eu la manifestation du 11 janvier 2015 et un vrai sentiment d’être ensemble. Parfois, je m’abrite dans ce souvenir, mais il n’éclipse pas ce qui ne s’est pas vraiment réparé depuis.

Pourtant, beaucoup de juifs ont dit que, sans la tuerie de « Charlie hebdo », on n’aurait pas vu une telle mobilisation pour les morts de l’Hyper Cacher. Ce sentiment persiste-t-il ?

Je crois que je me suis interdit de le verbaliser ainsi. Nous avions tous besoin, à ce moment-là, d’une manifestation nationale. Et puis, à bien y réfléchir, je crois que cette solitude ressentie par les juifs est symptomatique de quelque chose qui dépasse de beaucoup une simple « communauté ». Ces dernières années, bien des combats collectifs se sont fracturés. Pour des gens de ma génération, nés dans les années 1970, les 4

Le Monde.fr