Antisémantisme: Benjamin Mileikowki a quadruplé ses gains dans un investissement minier dirigé par son cousin

Le bureau du procureur général envisage d’ouvrir une enquête pénale sur le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour les bénéfices qu’il a réalisés sur son investissement dans les actions de la sidérurgie SeaDrift basée au Texas, qui était gérée par son cousin, ont rapporté mercredi les chaînes israéliennes 12 et 13.

Selon des responsables de l’application de la loi qui ont également participé à une enquête sur l’affaire des “sous-marins” (affaire 3000), Netanyahu était à l’époque dans un “conflit d’intérêts évident”.
Les actions de Netanyahu dans SeaDrift ont quadruplé de valeur en quatre ans, de 2007 à 2010, bien que l’entreprise ait connu une mauvaise performance au cours de cette période, a-t-elle été révélée. Ces nouveaux détails soulèvent des questions supplémentaires sur l’investissement de Netanyahu et suggèrent que les termes qu’il a reçus pourraient avoir caché un cadeau d’une valeur de plusieurs millions de shekels.
Netanyahu a refusé de répondre au rapport initial de TheMarker selon lequel ses actions auraient quadruplé en valeur. Son parti, le Likoud, a réagi mercredi après le reportage télévisé: «Vingt jours avant les élections, une tentative d’ouverture d’une autre enquête sur Netanyahu a été révélée. Seuls les citoyens israéliens choisiront le Premier ministre – un gouvernement de droite dirigé par Netanyahu ou un gouvernement de gauche dirigé par Yair Lapid et Benny Gantz. “

Netanyahu a reçu des actions de SeaDrift, dirigé par son cousin Nathan Milikowsky, d’une valeur d’environ 4 millions de shekels (environ 1,1 million de dollars), alors qu’il était président de l’opposition. Il a vendu les actions environ 19 mois après son élection au poste de Premier ministre, pour au moins 16 millions de shekels.
Les questions s’agrandissent une fois que l’on prend en compte le fait que SeaDrift était en crise financière au moment où Netanyahu a vendu ses actions et est passé de rentabilité à perte en 2009. L’année où Netanyahu a vendu ses actions, les performances économiques de SeaDrift ont été dégradées de points de pourcentage par rapport à l’année où il a acheté ses actions.

Comme cela a été révélé il y a un mois, Netanyahu et Milikowsky détenaient des actions dans l’usine jusqu’en novembre 2010. L’usine a ensuite fusionné avec Graphtec International, une société cotée en bourse cotée à la bourse de New York et fournisseur de la société allemande Thyssenkrupp, au centre de l’affaire de l’acquisition de sous-marins, également connue sous le nom d’Affaire 3000.

L’usine était évaluée à 700 millions de dollars dans la transaction.

Peu de temps avant la fusion, Netanyahu a vendu ses actions à Milikowsky pour quelque 4,3 millions de dollars, soit environ 16 millions de shekels à l’époque. L’accord a fait de Milikowsky un actionnaire important de Graphtec, une position qu’il a occupée jusqu’à la fin de 2015 et qui a été membre du conseil d’administration de la société de 2010 à 2015.
Le bénéfice de la vente d’actions de Netanyahu n’est apparemment pas dû au prix de SeaDrift dans sa fusion avec Graphtec; SeaDrift était considéré comme ayant un prix raisonnable, voire attractif. Il est plutôt probable que Netanyahu ait reçu des conditions exceptionnellement favorables lorsqu’il a acheté les actions.

L’usine a publié ses données financières pour la période 2005-2010 lorsqu’elle a annoncé la fusion de Graphtec. Ils indiquent que sa performance s’est en réalité détériorée au cours de la période pendant laquelle Netanyahu a détenu les actions.

En 2007, quand il a acheté ses actions, le bénéfice net de l’usine était de 60 millions de dollars. Ce chiffre est tombé à 45 millions de dollars en 2008, et en 2009, les ventes ont fortement chuté et la perte nette s’est chiffrée à 1 million de dollars.

Les chiffres complets pour 2010 n’ont pas été rendus publics, mais sur la base des chiffres publiés pour le premier semestre de l’année, la rentabilité est probablement revenue, même si le bénéfice était probablement égal à la moitié de celui de 2007.

Si tel est le cas, comment Netanyahu explique-t-il le miracle financier qu’il a fait pendant la chute de l’usine? La seule explication possible est qu’il a acheté les actions pour un escompte important par rapport au prix du marché, totalisant probablement des millions de dollars.

Des sources proches de Netanyahou ont affirmé qu’il n’était pas le seul à avoir offert les actions dans de telles conditions, ce qui fait partie de leur argument selon lequel il ne s’agissait pas d’un avantage personnel ni d’une tentative d’influence sur Netanyahu.

Un tel cadeau – une réduction de plusieurs millions de shekel sur les actions – à un politicien en exercice soulève des questions difficiles, même si Netanyahu ne faisait partie que d’un groupe de personnes ayant reçu des cadeaux similaires. Mais pour comprendre la situation dans son ensemble, il faut plus d’informations et c’est quelque chose que les associés de Netanyahu refusent de divulguer: à qui d’autres a-t-on offert cet accord? S’agissait-il de membres de la famille ou peut-être d’étrangers?

Les détails concernant les actions de SeaDrift ont été publiés par le propriétaire de News1, Yoav Yitzhak, dont la couverture est clairement favorable à Netanyahu. L’article de Yitzhak, intitulé «Pourquoi n’est-il pas un traître», plaide-t-il contre la réouverture de l’affaire du sous-marin, mais les détails qu’il expose risquent d’empirer les choses pour le Premier ministre.

Un autre détail exposé par Yitzhak concerne également le cas du sous-marin. Yitzhak a indiqué que l’avocat Isaac Molho était l’auteur du contrat de vente d’actions entre Netanyahu et Milikowsky en 2010. Molho était un partenaire de la société David Shimron, l’un des principaux suspects du sous-marin.

Haaretz

1 Comment