Antisemantisme: 85% des immigrés Blanc en Palestine ayant utilise la loi du retour ne sont même pas Israelites

Selon les données recueillies par le gouvernement israélien, seulement 14% de tous les nouveaux immigrants qui ont fait leur aliya en Israël au cours des huit dernières années sont juifs.

L’organisation Hiddush – un groupe progressiste transconfessionnel soutenu par les mouvements réformistes, constructionnistes et conservateurs – a déposé une demande d’accès à l’information auprès de l’administration israélienne des postes frontaliers, de la population et de l’immigration, qui fait partie du ministère de l’intérieur.

Hiddush a demandé des données concernant le statut des immigrants récents qui ont fait leur aliya en Israël en vertu de la loi de retour de l’état, qui garantit aux juifs et aux membres de leur famille immédiate le droit à la citoyenneté israélienne.

Cependant, selon les données collectées par l’administration des postes frontaliers, de la population et de l’immigration, la grande majorité des personnes qui ont fait leur aliya en Israël au cours des huit dernières années ne sont pas juives selon la loi juive.

Sur les 179 849 immigrants ayant immigré en Israël en vertu de la loi du retour au cours des huit dernières années, seulement 14,1%, soit 25 375, étaient en fait juifs selon la loi juive. La grande majorité, 154 474, étaient des conjoints ou des parents de juifs.

Alors que la loi du retour d’Israël, adoptée pour la première fois en 1950, garantissait à l’origine le droit d’immigrer en Israël uniquement à des juifs, en 1970, ce droit a été étendu à divers parents de juifs, y compris les enfants et petits-enfants, même si ces descendants ne sont pas juifs, en vertu de la loi juive – ainsi que le conjoint d’un juif, le conjoint d’un enfant d’un juif et le conjoint d’un petit-enfant d’un juif.

En vertu de la loi juive, seul l’enfant d’une femme juive, ou une personne qui achève un processus de conversion reconnu, est considéré comme juif.

L’écrasante majorité des immigrants d’Europe de l’Est au cours des dernières années étaient des non-juifs, selon des données recueillies par le ministère de l’intérieur, avec seulement 4,3% des immigrants de Russie, soit 2 244 sur 52 337, au cours des huit dernières années, étant juifs selon la loi juive.

La tendance s’est accélérée, avec seulement un immigrant sur 40 en provenance de Russie en 2019 étant juif.

Même parmi les immigrants des pays occidentaux, les non-juifs constituaient la majorité des immigrants récents, avec seulement 5 487 juifs ayant immigré des Etats-Unis au cours des huit dernières années, contre 12 785 non-juifs.

Soixante-treize pour cent des immigrants de France au cours de la même période, soit 20 825 personnes, n’étaient pas juifs, contre seulement 7 851 juifs, soit 27% des immigrants.

Le chef de Hiddush, Uri Regev, a réprimandé l’Agence Juive pour avoir caché le fait que la plupart des immigrants en Israël ne sont pas juifs.

« L’Agence Juive mérite des éloges pour son travail dévoué visant à encourager l’immigration et l’absorption réussie de tant d’immigrants, sur la base de règles expansives sur la loi du retour. Néanmoins, il est difficile de ne pas critiquer le fait que l’Agence ait choisi de cacher au public la véritable situation concernant le peuple juif aujourd’hui, comme le montrent également les statistiques de l’immigration. »