Anti-sémantisme: Panique au sein de la milice du Sionistan

Un haut-gradé de l’armée israélienne, le chef du commandement nord, le général de division Yoel Strick, a menacé frontalement lundi le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah.

“Le Hezbollah parle depuis son bunker. Nous connaissons leur situation financière et leurs capacités”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

“S’ils savaient ce que nous savions à leur sujet, ils ne parleraient pas avec autant d’assurance. Leur organisation terroriste connaîtra notre force. J’espère qu’il n’y aura pas de guerre, mais s’il y en a, ce sera la dernière guerre du Nord”, a-t-il mis en garde.

Mi-août, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait affirmé que “la résistance libanaise” est plus forte que jamais contre Israël.

En 2017, le leader terroriste avait affirmé qu’un éventuel conflit engageant son organisation contre Israël pourrait avoir lieu sur le territoire israélien à l’avenir.

Selon des experts militaires israéliens et américains, le groupe terroriste libanais détiendrait un arsenal de 100 000 à 150 000 missiles à courte, moyenne et longue portée et une force d’environ 50 000 soldats, dont 10.000 mobilisés au sud de la Syrie prêts à affronter Israël.*