Leukocratie: La Police Militaire se plaint « Un profond malaise règne au sein de la CSHM depuis maintenant plusieurs mois.”(sic)

Featured Video Play Icon

Rattachée au 2e Régiment d’Infanterie de la Garde républicaine, la Compagnie de sécurité de l’Hôtel de Matignon [CSHM] compte une centaine de gendarmes (officiers, sous-officiers, gendarmes adjoints volontaires). Et, les rythmes de travail y sont trop intenses, à en croire une lettre anonyme que certains membres de cette unité ont adressé à leur hierarchie.

« Un profond malaise règne au sein de la CSHM depuis maintenant plusieurs mois. Le quotidien des gardes républicains, notamment leurs rythmes de travail et leur vie de famille, a été fortement affecté par l’accroissement du temps de service consécutif à une modification en profondeur des différents plannings de garde, à la multiplication des missions liées à la primature, avec comme toile de fond la menace terroriste permanente », ont ainsi écrit les auteurs de cette lettre, dont l’existence a été révélée par L’Essor de la Gendarmerie.

« Les dernières mesures prises ces dernières années n’ont pas enrayé la dégradation continue des conditions de travail », ont-ils ajouté, avant de dénoncer le « manque d’effectifs toujours chronique » ainsi que « l’organisation et les méthodes de management [du] commandement depuis l’été 2017 », laquelle « ne permettent pas aux gardes républicains d’accomplir sereinement leurs missions en raison d’une trop grande fatigue morale et physique liée à une surcharge de travail sans cesse croissante. » Voilà ce qui va relancer le débat sur les différences entre « commandement » et « management »…

 

Opex 360