Personne ne l’a pris pour un jambon: Jean Michel Larqué part en retraite

Featured Video Play Icon

« Il faut savoir tourner la page. » À la fin du mois de mars, Jean-Michel Larqué avait annoncé qu’il prendrait sa retraite à l’été 2018. L’échéance est proche désormais alors que, le 8 juin dernier, il a présenté sa dernière émission Larqué Foot sur RMC. Pour l’occasion, la radio avait invité tous ses proches. Quand ils s’étaient levés pour l’applaudir à la fin de l’émission, il n’avait pas pu retenir ses larmes, rapporte Le Parisien . À 70 ans, sa carrière de plus de 50 ans dans le milieu du foot s’achèvera à l’issue de cette Coupe du monde qu’il suit au micro de RMC et BFM TV.

Jean-Michel Larqué aura marqué le PAF avec son franc-parler, ses accrochages et son fameux duo avec Thierry Roland. Adulé par certains, abhorré par d’autres, il n’aura laissé personne indifférent. Durant sa carrière, il a eu ses têtes de Turc : Dugarry, Domenech et Dhorasoo ont été ses préférés, rappelle Le Parisien dans un portrait consacré à l’ancien joueur ce dimanche.

Figure aussi en bonne place Luc Sonor, ancien international et entraîneur qui lui a intenté un procès, après avoir été traité de « pipe ». Pourtant, ce dernier n’a pas hésité à décrocher son téléphone pour lui souhaiter une « belle retraite » quand il a appris la nouvelle, relate le quotidien.

Des expressions passées à la postérité

« Je l’appréciais davantage comme joueur, pour son élégance et son sens du collectif, que comme consultant. Larqué, c’est l’intello de droite du foot, comme Dhorassoo est l’intello de gauche. Ça me fait de la peine qu’on le résume à des déclarations à l’emporte-pièce sur RMC alors qu’il était plus intéressant, même humainement, à 35 ans. La radio se nourrit de ses blagounettes à deux balles », estime l’écrivain Philippe Delerm dans Le Parisien.

Mais il nuance ensuite rapidement ses propos : « Même comme commentateur, je suis parfois d’accord avec lui. Quand il a dit qu’il ne fallait pas mettre un carton rouge à Buffon [en quart de finale de la Ligue des champions, NDLR], il avait raison. Il sent l’esprit du jeu. Et c’est un pédagogue, un éducateur dans l’âme. »

Avec ses expressions passées à la postérité comme « tout à fait, Thierry », le « coup du sombrero » ou « il lui a donné dans le zig, il est parti dans le zag », Jean-Michel Larqué aura réussi l’exploit de marquer la planète football, aussi bien sur le terrain que dans les studios.

Le Point