Leukosexualité: Catherine couche avec Paul rencontré par hasard et lui “demande un enfant” (sic)

Le date WTF de Catherine : “Mon ami refuse que je fasse un enfant avec sa femme

Qui ?

Catherine : 40 ans (36 ans à l’époque), libraire (c’est elle qui raconte)

Paul : 41 ans (37 ans à l’époque), comédien

Avant

C’était il y a quatre ans, au début de l’été. Cela faisait deux ans que j’étais séparée du dernier gars avec qui j’avais été. Pendant un an, après cette rupture, j’avais eu une sorte d’amant régulier mais là, c’était fini et j’avais envie de me remettre dans une relation sérieuse.

Je m’étais donc inscrite sur Tinder et je venais de comprendre, après quelques rencontres décevantes, qu’il était dangereux de s’enflammer longuement par écrit avant de se rencontrer. Rien de tel qu’une rencontre rapide après les premiers échanges, j’en suis d’ailleurs toujours persuadée.

Le match

Un dimanche matin, je traîne dans mon lit en faisant défiler les profils Tinder, je “like” mollement quelques vagues profils en espérant qu’ils ne me “likeront” pas, je me vexe de ceux qui me plaisent et qui ne m’ont pas “likée”. Je suis un peu blasée et pas très concentrée. Jusqu’au match avec Paul.

Paul est loin, à 80km, mais Paul est beau. On peut voir dans ses images un portrait de photographe et une photo de lui sur scène, couvert de (faux) sang. Aucun commentaire. Il m’intrigue. Je suis flattée qu’il m’ait “likée”. J’attaque en lui parlant de ses photos.

Souvent les garçons qui m’abordent me parlent de mes photos de profil (prises par un photographe). Sûrement parce que c’est plus facile de dire “Je trouve la photo jolie” que “je te trouve jolie”. Je décide de commencer notre conversation aussi comme ça.

On échange des banalités sur notre programme du dimanche, il me dit qu’il va se baigner dans un fleuve qui passe à une heure de chez moi puis :

“Viens donc te baigner avec moi !”

Comme il a l’air sympa et qu’il ne fait ni fautes ni LOL (je suis allergique à ça), je lui propose qu’on se voit avant la tombée de la nuit.

Le date

Quelques heures plus tard, en fin d’aprem, on monte chacun dans un train et on se retrouve dans une petite ville à mi-chemin, à l’heure de l’apéro. Il est encore plus beau que sur ses photos et d’une délicatesse absolue.

Ses gestes sont doux et gracieux, je le trouve plein de petites attentions dont il n’a même pas l’air d’être conscient. Il me plaît.

2 Comments