DGS-Blanc: Qui est Henri M, le traitre qui a vendu des secrets aux chinois

 

C’est une histoire à la John Le Carré, vieille de vingt ans, qui vient de remonter à la surface. Le 24 mai, on apprenait par l’émission Quotidien sur TMC, que deux officiers de la DGSE à la retraite ont été arrêtés et emprisonnés en décembre dernier pour avoir fourni des renseignements à la Chine.

Selon nos informations, qui complètent celles publiées par “le Parisien” aujourd’hui, l’un de ces ex-espions français s’appelle Henri M. (la loi nous interdit de révéler le nom d’un agent des services secrets). Il s’agit d’un colonel parlant chinois, aujourd’hui âgé de 71 ans, dont une partie de la vie est racontée dans un livre paru en 2010 : “Les Diplomates” de Franck Renaud, où il apparaît sous le pseudonyme de “Monsieur Henri”.

  1. L’Obs
  1.  > Monde

Révélations sur Henri M., ex-espion français accusé de trahison au profit de la Chine

Révélations sur Henri M., ex-espion français accusé de trahison au profit de la Chine
Dans les locaux de la DGSE, boulevard Mortier à Paris. Avril 2015. (ERIC DESSONS/JDD/SIPA)

L’un des ex-espions français s’appelle Henri M., un colonel parlant chinois, aujourd’hui âgé de 71 ans dont une partie de la vie a été racontée dans un livre en 2010.

 
 

C’est une histoire à la John Le Carré, vieille de vingt ans, qui vient de remonter à la surface. Le 24 mai, on apprenait par l’émission Quotidien sur TMC, que deux officiers de la DGSE à la retraite ont été arrêtés et emprisonnés en décembre dernier pour avoir fourni des renseignements à la Chine.

Selon nos informations, qui complètent celles publiées par “le Parisien” aujourd’hui, l’un de ces ex-espions français s’appelle Henri M. (la loi nous interdit de révéler le nom d’un agent des services secrets). Il s’agit d’un colonel parlant chinois, aujourd’hui âgé de 71 ans, dont une partie de la vie est racontée dans un livre paru en 2010 : “Les Diplomates” de Franck Renaud, où il apparaît sous le pseudonyme de “Monsieur Henri”.

Henri M.

Né en novembre 1946, le lieutenant-colonel Henri M. est diplômé de Langues O. En 1997, le patron de la DGSE lui confie le poste “totem” à Pékin. Autrement dit, il devient le représentant officiel du service secret français en Chine, chargé des contacts et des échanges avec ses homologues chinois.

L’officier qui a alors 51 ans s’installe sans sa femme, qui préfère rester en France. Or “c’était quelqu’un de complexé, avec un dossier militaire assez moyen”, raconte un témoin de l’époque dans “Les Diplomates”. Si bien que ce qui risquait d’arriver se produisit : “Il a été ‘entortillé’ par une interprète de l’ambassade”, plus précisément l’interprète de l’ambassadeur, poursuit la même source. L’espion noue une liaison avec la jeune femme, une Chinoise.

 

Nouvelobs

1 Comment